Gilbert Pingeon

On février 18, 2013 by admin

Gilbert Pingeon
© DR

Cette page publiée dans Le Courrier le 18.02.2013 est téléchargeable ici : Gilbert Pingeon

L’Année du Lapin

26.1
Telles de vieilles pièces usées et polies par l’usage,
tels des billets froissés par de fréquentes manipulations,
les mots,
les mots que l’on s’échange à longueur de journée,
perdent de leur valeur au cours de la vie.
Ne restent au bout du compte – lorsque le compte est bon –
que l’ultime soupir le dernier balbutiement ce mot final
qu’on hésitera à faire graver dans le marbre de sa tombe
tellement il ressemblera au mot de Cambronne.

7.2
Les trains blancs glissent
dans le cimetière immense
des vignes dépouillées.
Le panache de l’incinérateur
rejoint le ciel de plomb,
serré comme une main,
d’où s’échappent par poignées
des nuées de confettis d’argent.
C’est l’hiver aride sur l’os desséché
de la terre en attente de neige,
tout un pays figé
dans le poing du gel.

19.2
Un écrivain a-t-il tous les droits?
Peut-il relater l’expérience du cancer
sans l’avoir personnellement vécue?
Peut-il tirer matière à roman de la perte d’un enfant,
alors qu’il vit sans descendance?
Est-il en mesure d’assigner Dieu en personne
à comparaître au tribunal de la fiction?
La vie, la sienne, celle des autres, constitue-t-elle un terreau
à sa libre disposition, dans lequel faire germer ses propres fantasmes?
Oui, serait-on tenté de répondre à toutes ces questions qui ne se posent pas.
Or la mode est au voyeurisme, à l’exhibitionnisme,
au strip-tease moral, à l’étalage public, à la projection des intimités
sur tous les murs de la cité. Alors, on hésite à s’incarner.
Le viol des consciences signifie la mort de l’imagination.
L’homme est retourné au cannibalisme par manque d’humanité.

6.3
chorégraphie
Petit lapsus charmant
cueilli en saison de carnaval
à la Martinique (sur le petit écran).
Se révèle tout d’abord le visage
d’une jeune femme s’abritant du soleil
sous un parapluie multicolore.
Elle attend le passage du cortège
depuis six heures du matin.
Elle veut être aux premières loges
des musiques, des charivaris et des danses
«Pour apprécier, dit-elle, l’écographie».

25.3
Quoique piètre bricoleur, il a réussi à découper
un rectangle d’allure convenable dans un panneau
de bois aggloméré et l’a fixé à une latte à tuiles.
Il a collé dessus une feuille cartonnée
y a peint en lettres capitales visibles de loin:
JE PROTESTE
CONTRE
LA RÉALITÉ!
Il s’est promené avec sa pancarte dans les rues de la cité,
du lever à la chute du soleil. Le soir venu,
ils étaient des milliers à le suivre en cortège,
sans que nul ne sache le moins de  monde
à qui ils devaient adresser leur protestation.

16.4
À l’abyssal questionnement:
«Pourquoi y a-t-il quelque chose
plutôt que rien?»
répond la matérialité du livre,
une fois imprimé:
«Il est là. Avant, il n’était pas.»
On n’écrit que pour ça.

26.7
J’aime les halls de gare
qu’arpentent de plantureuses Noires
au roulis fessier négligent,
des adolescents fusées à trottinettes,
des mères engrappées d’enfants voltigeurs,
de vieux amis munis de béquilles,
des policiers en couples moroses,
une cohorte de valises à roulettes
tractées par des rougets apoplectiques,
cependant que le panneau cliquette
des chiffres et des lettres et que l’horloge,
électriquement, saccade des secondes révolues
avec des sursauts d’oryctérope surpris
dans son sommeil antédiluvien.
Je ne prends pas le train,
juste le pouls du monde.

4.10
«Nous ne manquons pas de communication,
au contraire, nous en avons trop,
nous manquons de création.
Nous manquons de résistance au présent
La résistance, c’est l’unique vertu (au sens où le tandem Deleuze-Guattari utilise ce mot, c’est-à-dire de courage plus que de qualité morale) que j’entrevois au fait de m’imposer chaque jour un devoir d’écriture, du moins pour cette année 2011, sous le signe du Lapin, limitation censée éviter que la vertu d’une certaine contrainte ne tourne au tic, au toc et au truc. Résister au présent en le mettant à distance – grâce à l’écriture – c’est aussi refuser d’entrer en habitude.

 

bio

Né en 1941 à Neuchâtel, Gilbert Pingeon a travaillé comme enseignant et vit entre Auvernier (NE) et Delémont (JU).  Auteur de chansons, de pièce de théâtre pour la radio et pour la scène, et de romans, il a publié à ce jour une trentaine d’ouvrages.

Le texte que nous proposons ici est extrait de L’Année du Lapin, à paraître en avril 2013 aux Editions de L’Aire: en 2011, année du Lapin selon l’astrologie chinoise, l’auteur s’est imposé le devoir d’écrire chaque jour afin de «résister au présent» en le mettant à distance.

CO

 

biblio

T
Coll. Contemporains, Lausanne, Ed. L’Age d’Homme, 2012.

La Cavale du banquier
Vevey, Ed. de L’Aire, 2011.

Léa
Delémont, Ed. D’autre part, 2011.

Un Homme sous influence
Journal 2009, Vevey, Ed. de L’Aire, 2010.

Le Col
Le Locle, Ed. G d’encre, 2010.

L’Aventurier
Journée de bord, Vevey, Ed. de L’Aire, 2008.
+
+
Deux lundis par mois, retrouvez dans Le Courrier le texte inédit d’un auteur suisse ou résidant en Suisse. Voir www.lecourrier.ch/auteursCH
+
Cette page a été réalisée en partenariat avec le site littéraire www.culturactif.ch pendant de nombreuses années. Dorénavant, le nouveau site littéraire suisse www.chlitterature.ch prend le relais en établissant un partenariat avec Le Courrier. Il va mettre à disposition la totalité des inédits publiés pendant ces sept dernières années. Ce site a pour objectif de rendre accessible aux lecteurs et lectrices la littérature suisse grâce à ces choix de textes. Il va se conjuguer avec les ressources diverses qui se mettent en place en Suisse au travers des sites des auteur.e.s, de leurs maisons d’édition, de sites culturels comme www.viceversalitterature.ch, de sites associatifs comme celui de l’association suisse des autrices et des auteurs www.a-d-s.ch, et du portail en construction consacré à la littérature suisse, schweizerliteratur.ch

La page d’inédits dans Le Courrier a été initiée dans le cadre de la Commission consultative de mise en valeur du livre à Genève. Avec le soutien du Département de la Culture de la Ville de Genève et du Département de l’Instruction publique de la République et Canton de Genève, la Fondation Oertli ainsi que la Loterie romande du Canton de Genève et la Fondation Pittard de l’Andelyn.

Comments are closed.

Suivre

Recevez les inédits par courriel – Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Rejoignez d'autres souscripteurs: