Fabiano Alborghetti

On mars 10, 2014 by admin

+

Fabiano Alborghetti © Alain Intraina (Fotostellanove)

Fabiano Alborghetti
© Alain Intraina (Fotostellanove)

Cette page publiée dans Le Courrier le 10.3.2014 est téléchargeable ici : Fabiano Alborghetti

Bois, colombes

J’écoute une colombe venue d’autres déluges.
(Giuseppe Ungaretti, Une Colombe)

I

Ils seraient restés sans voix
les fragments de bois endormis
à faire de la terre, indignes même d’un feu

oubliés au milieu des minéraux obscurs et des micas.
Se décomposer, en comprimant
des éons de basaltes alcalins

et d’or, d’argent et de fer dans les entrailles de la tranchée
et des carrières désormais enfouies, les souvenirs de la découpe
du porphyre, du gypse et de la chaux

de fourneaux démolis assiégés
par les châtaigniers les chênes et les aulnes noirs. Imparfaites
les épaisseurs tassées par les pas, les ombres pourries

là où on a appuyé la scie, imparfaits
les bruits de la découpe, le cri des dents dans le tronc.
Et ces fragments: entre mousse et copeaux

l’ophioglosse en éclaircit le silence.

 

II

À partir des informations tu découpes le désordre
quotidien, l’accablement, l’équité rejetée
et ces cris. Fragments. La douleur

comme pour une épidémie. Un bruit inhumain et sans voix

 

III

Extraits du silence, un à un
ces fragments
et la découpe décalque un outrage.

La scie et le geste monocorde, l’incision
dans le corps. La blessure ouverte
qui en montre l’âge ne te blesse pas:

elle contient une histoire et
elle est racontée
par la courbe, par les anneaux. Ces derniers épais

parce qu’il a plu une certaine année,
les cicatrices à cause peut-être d’un incendie
ou le cœur déplacé (parce que le vent soufflait dans ce sens).

C’est une histoire pénible, faite
de traces et de résistances surtout
de difformités harmonieuses.

Puis de rebuts, quand passe la main humaine.

 

IV

Ils crient: ce n’est pas vrai? Ils t’assiègent
malgré l’obscurité d’un tiroir
où tu as déposé voix, visages, les histoires consumées

mais irrésolues. Ce sont des images du monde:
celui qui est atroce et contourné, le noir
qui fume fait de cendres et de corps

de visages imprononçables: Tu les
disposes parfois dans un ordre
qui ressemble à une dérive

et tu ne sais pas, tu ne trouves pas de sens
et ils pèsent dans le regard, je le sais.
Tu les reposes et ils rentrent.

Tu en découpes d’autres dans les journaux, d’autres histoires
d’autres vies. D’autres absences
ou géographies, d’autres cris enroués

et parfois ce sont les tiens, donnant une voix à celui qui n’en a pas.

 

V

Tes fragments, tu dis doucement:
ils sont à la maison. La nudité
désarmée pèse qui en expose le visage

l’âme plus entière et plus claire.
Elle te renvoie un regard muet, horizontal.
Un trésor est détenu par les anneaux:

inestimable, indicible. Cela avait un sens
avant, quand ils formaient encore un tronc.
Quand ils étaient un mystère

encore celé pour les yeux, un soupçon d’histoire
qui aurait exclu l’homme. Mais à présent
ce sont des images claires, un secret spolié

une peur. Ils parlent une langue
incertaine et cela te dérange
et te redonne du courage. Toi aussi tu parles ainsi.

Ces visages ouverts de châtaignier et de bouleau
ces rides d’écorce courtisée par les pluies
et vieillie. Puis un silence

qui t’explique une autre vie. Elle s’avance, monte. Crie.

 

VI

Les coupures ouvertes en éventail
se recouvrent en formant une liste:
chèvres, caravanes, hommes en prière

et assassins, extinctions, les paradoxes des perdus.
Trop d’histoire en peu de temps
et puis plus rien

que des fragments
qui s’avancent, mais par hasard
charges désormais décousues, temps poussiéreux

souvenirs trop brefs, surtout.
Mais qui lève les yeux et te demande
qu’est-ce qu’il demande?

Tu te souviens de moi? Ou mieux encore: tu me reconnais?

 

VII

Si la mort semble partout, ce n’est pas un souci
si tu n’en vois que la nature, la botanique
ou le mouvement nécessaire du paysage.

Mais ces visages muets
les fragments
arrachés à coups de hache ou grâce aux dents d’une scie

ce sont des bouches circulaires, béantes
les témoins d’un mal successoral, transmis
dans la floraison de la gangrène. Icônes et attentes

d’autres lieux entre les sentiers de franc-bord. Là sur le fond
baies circulaires, ensanglantées et tiges
à peine remuées par les oiseaux migrateurs. Peut-être

que l’un d’eux a un plumage clair
un rameau dans le bec, qu’il tient même quand il vole
Une vision magnifique. Il pourrait planer

ressembler à une colombe. Apporter un peu de paix.

 

Note

Bois, Colombes a été écrit spécialement pour accompagner l’exposition de Flavia Zanetti à la Libreria Librarti de Locarno en septembre 2013. Les œuvres exposées consistent en un collage d’images (tirées de faits-divers et recomposées) collées sur des rebuts de bois provenant de la coupe de troncs et de branches, trouvés dans les forêts de Malcantone, Leventina et Grigioni. Les sept textes font alterner la voix des bois et celle des images, qui s’unissent dans le dernier poème, de la même manière que l’image arrive sur le bois quand Flavia crée une œuvre.

Toutes les références à la flore et à la faune n’indiquent que des espèces vivant dans le Malcantone.
J’ai voulu un lien entre la critique sociale qu’accentue la recomposition de Flavia et la violence dans la coupe des arbres qui culmine dans l’abandon des fragments.

Deux histoires aussi, qui se superposent: les images dénombrent le calendrier qui contient les évènements humains alors que les anneaux internes d’un arbre sont les signes de la croissance dans le temps. Autant ce dernier se passe dans le silence et dans la lenteur, autant le premier arrive dans le bruit et dans la vitesse amnésique. Deux destins superposés qui – au final – nous parviennent tragiquement unis et égaux. Fab

Traduit de l’italien par Therry Gillybœuf

 

bio

Fabiano Alborghetti est né à Milan en 1970 et vit au Tessin depuis dix ans; il travaille en tant que critique littéraire et éditeur pour différentes revues de poésie (notamment Atelier) et pour le web. Il pratique une poésie à forte teneur sociale, portée par un sens du rythme et de la scansion extrêmement sophistiqué. Pour son deuxième recueil de poèmes, L’opposta riva, il a vécu pendant plusieurs mois avec des immigrants clandestins en Italie. Registre des faibles, 43 chants/em> (traduit en français en 2012) est inspiré d’un fait divers – une mère tue son enfant dans un village d’une province cotonneuse – et composé dans un style qui mélange les expressions courantes, voire triviales, et le plus grand raffinement formel, au service d’une dénonciation sans pitié mais sans moralisme des dérives du consumérisme contemporain.

Nous publions ici les sept poèmes de Bois, Colombes, écrits pour accompagner l’exposition de Flavia Zanetti à la Libreria Librarti de Locarno en septembre 2013. Les œuvres exposées consistaient en un collage d’images tirées de faits divers, appliquées sur des rebuts de bois provenant de la coupe de troncs et de branches trouvés dans des forêts du Tessin. Les textes font alterner la voix de ces bois et celle des images, qui s’unissent dans le dernier poème. pli/co

Site internet de Fabiano Alborghetti: www.fabianoalborghetti.ch

biblio

Supernova
Forlì, Edizioni L’Arcolaio, 2011.

Registro dei fragili, 43 canti
Bellinzona, Casagrande, 2009.
Registre des faibles, 43 chants (trad. en français par Thierry Gillybœuf, Lausanne, Ed. d’en bas, 2012).

L’opposta riva
Milano, La Vita Felice, 2013 (Faloppio, Lietocolle, 2006)

Verso Buda
Faloppio, Lietocolle, 2004.

 

Cette page a été réalisée en partenariat avec le site littéraire www.culturactif.ch pendant de nombreuses années. Dorénavant, le nouveau site littéraire suisse www.chlitterature.ch prend le relais en établissant un partenariat avec Le Courrier. Il va mettre à disposition la totalité des inédits publiés pendant ces sept dernières années. Ce site a pour objectif de rendre accessible aux lecteurs et lectrices la littérature suisse grâce à ces choix de textes. Il va se conjuguer avec les ressources diverses qui se mettent en place en Suisse au travers des sites des auteur.e.s, de leurs maisons d’édition, de sites culturels comme www.viceversalitterature.ch, de sites associatifs comme celui de l’association suisse des autrices et des auteurs www.a-d-s.ch, et du portail en construction consacré à la littérature suisse, schweizerliteratur.ch

 

La page d’inédits dans Le Courrier a été initiée dans le cadre de la Commission consultative de mise en valeur du livre à Genève. Avec le soutien du Département de la Culture de la Ville de Genève et du Département de l’Instruction publique de la République et Canton de Genève, la Fondation Oertli ainsi que la Loterie romande du Canton de Genève et la Fondation Pittard de l’Andelyn.

Comments are closed.

Suivre

Recevez les inédits par courriel – Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Rejoignez d'autres souscripteurs: