Leta Semadeni

On octobre 15, 2012 by admin

Leta Semadeni – © Yvonne Böhler

+
Cette page publiée dans Le Courrier le 15.10.2012 est téléchargeable ici: Leta Semadeni

Poésies de cuisine

 

La solitude

L’ange
épluche
une pomme
voudrait avoir
un couteau
contre
la solitude

 

Lac gelé

Sous la glace
le refuge des âmes

Au-dessus
le crissement sourd
des lames

À l’ombre des rochers
grincent les corneilles

La forêt trébuche
sur les aiguilles
à la rencontre du ciel

 

Poésie de cuisine

Juste le fumet
du piment rouge
Et tu es là

Avec la couleur canelle
dans les cheveux la cicatrice
au menton le poisson
dans la main

Par-dessus le bord de la poêle
le poisson et le piment
s’échappent

Le hors-d’oeuvre devient un poème :

Sur le village
entre les volcans couverts de neige
et les forêts sauvages
où les toucans
frottent leurs becs lourds
l’un contre l’autre

 

La maison de mon père a des portes d’or

(À mon père)

Les fenêtres regardent le monde
les yeux grand ouverts

Tout est surprise!

De temps en temps le père
se hisse hors des pages
quitte la tour des livres

Les phares courent jusqu’à l’horizon
Jusqu’à la mer
Jusqu’au lion qui dort
Découvrant les pierres
sous l’incendie du couchant
Étoilant la forêt
avec ses arbres sabres

De l’autre côté de la rivière
vivent deux bêtes
qui n’existent pas

Le mur du cimetière
est lié à la mémoire
par un pommier

Sous ses branches on entend
l’histoire de Diogène
de la sorcière
des corneilles et des loups
de l’ours à la patte de chocolat

Les fraises sur la tombe sont
les plus grosses
les plus douces

Et le cœur se brise!
Comme la coquille
d’une noix qui éclate
en mille morceaux

L’été est un lieu solitaire
qui jette des ombres sur les âmes

Devant le char à foin le cheval hennit
vers les rochers couverts de mousse
et la femme renarde
parcourt affamée les forêts

Des plis du toit
s’envolent des nuées de mots jamais dits

Des moineaux du gravier
frappent contre la muraille
tombent sur des touffes d’herbes tranchantes

Les yeux apprivoisent les grands espaces
Et la beauté grandit et grandit
jusqu’à la mort

Ne jamais suivre les traces!

Mais parfois parler
pour ne pas se perdre

Et aller
avec le soleil

Le ciel
n’est éloigné que d’un battement d’oeil

 

Ode du chevrier à sa chèvre

Parfois elle rôde
silencieuse dans ma maison
et salue du coin de oeil avant de s’en aller

Parfois elle est couchée dans les nuages
et bêle
et m’anéantit
comme un éclair

Elle peut fracasser mon coeur

Parfois elle veut avoir mon temps
brouter mes roses

Sur la pointe des cornes
elle embroche l’été resplendissant
et me l’apporte
Tout doucement
elle le pose sur le seuil
frotte sa tête contre ma porte

Et je reconnais
la présence lumineuse de ma chèvre

Le portail reste ouvert la nuit
car je ne sais ce que je suis
ni où ni si
ni pourquoi la chèvre
m’irradie et me poursuit
à travers le feu de mes jours

 

Écrire des poèmes

Chaque mot
non choisi
crie

Chaque mot
écarté
crie

Chaque mot
qui reste
appelle

les non choisis
les écartés

Et tous les mots
ont le même poids

Poesias da chadafö

 

Solitude

L’anguel
fa giò la pletscha
ün mail
lessa’l avair
ün curtè
cunter
la suldüm

 

Lai inglatschà

Suot il glatsch
il refügi da las ormas

Survart
il sgrignar suord
da s-chavigls

Aint illa sumbriva dal grip
sgrizchan las cratschlas

Il god s’inchambuorra
i’ls aguagls
s’avicinond al tschêl

 

Poesia da chadafö

Be la pitschn’odur
d’üna taja cotschna
E tü est qua

Culla culur da chanella
aint ils chavels la natta
sül misun e’l pesch
aint in man

Sur l’ur da la padella oura
il pesch e la taja
davent

Il prüm plat dvainta üna poesia :

Dal cumün
tanter vulcans cuverts da naiv
e gods sulvadis
ingio cha’ls tucans
struschan lur picals greivs
ün cunter l’oter

 

La chasa da meis bap ha portas d’aur
(Dedichà à meis bap)

 

Las fanestras guardan il muond
cun ögliada spalancada

Tuot es surpraisa!

Minchatant rampigna il bap
our da las paginas
banduna la tuor da cudeschs

Fin pro l’orizont cuorran ils fars
Fin pro’l mar
Fin pro’l liun sönantà
Scuvrind la crappa
suot l’incendi dal tramunt
Stailind il god
cun sa bos-cha spada

Da tschella vart dal flüm
Vivan duos bes-chas
chi nu dà

Il mür dal sunteri
es lià vi da la memoria
cun ün mailer

Suot la romma as doda
l’istorgia da Diogenes
da la stria
da corviglias e lufs
da l’uors culla chomma da tschiculatta

Las frajas sülla fossa sun
las plü grondas
las plü dutschas

E’l cour as rumpa!
Sco d’üna nusch
croudan las crouslas
in tanta tocs

La stà es ün lö solitari
chi bütta sumbrivas süllas ormas

Davant il char da fain sfrigna il chavà
vers la grippa plain müs-chel
e la duonna transmüdada in vuolp
percuorra fomantada ils gods

Our da las fodas dal tet
svoulan rotschas da pleds mai dits

Paslers glera
battan cunter la müraglia
croudan süls nufs d’erba tagliainta
+
Ils ögls s’adüsan vi da las vastitats
E la bellezza crescha e crescha
fin a la mort

Mai seguir ils stizis!

Mo minchatant discuorrer
per nun ir a perder

Ed ir
cul sulai

Il tschêl
es be ün batterdögl advent

 

Oda dal chavrer a sia chavra

Minchatant gir’la
silenziusa tras mia chasa
e salüda culla cua da l’ögl ant co ir

Minchatant giasch’la aint illas nüvlas
e sbegla
e’m stüda
sco üna sajetta

Ella sa sfrantunar meis cour

Minchatant voul ella avair meis temp
magliar mias rösas

Sül piz da las cornas
charg’la la stà splendurainta
tilla porta a mai
Luot, luotin
tilla pozza sül glim
sfruscha seis cheu vi da mia porta

Ed eu vez
la preschentscha glüschainta da mia chavra

Il portun resta avert sur not
perche eu nu sa che ch’eu sun
ed ingio e scha
e perche cha la chavra
m’ irradiescha e’m perseguitescha
tras il fö da meis dis

Scriver poesias

Mincha pled
na tschernü
sbraja

Mincha pled
sbüttà
sbraja

Mincha pled
chi resta
cloma

A quels na tschernüts
A quels sbüttats

E tuot ils pleds
paisan
listess

 

Poèmes tirés de Poesias da chadafö (Poésies de cuisine), traduits du vallader par Isabelle Longchamp et Denise Mützenberg, Ed. Uniun dals Grischs, 2006.

 

bio

 

Leta Semadeni est née en 1944 à Scuol, dans les Grisons. Elle a étudié les langues à l’université de Zurich, en Équateur et en Italie, et enseigné dans diverses écoles à Zurich et en Engadine. Parallèlement, elle a collaboré avec la radio et la télévision. Elle a participé à plusieurs revues et anthologies, publié deux livres pour enfants, des poèmes et des proses courtes en vallader (romanche de Basse-Engadine) et en allemand.

«L’auteure se meut à travers les deux langues comme à travers deux paysages de mots distincts», écrivait Iso Camartin dans la NZZ d’août 2010.

Ses trois recueils ont paru en versions bilingues, et certains de ses poèmes ont été mis en musique par les compositeurs Martin Derungs, Dodo Hug et Efisio Contini.

En 2011, Leta Semadeni a été honorée pour son œuvre lyrique par le Canton des Grisons et le Prix Schiller.

Depuis 2005 elle travaille en tant qu’écrivaine indépendante et vit à Lavin (Basse Engadine).

 

biblio

 

Chamin
Livre d’enfants, dessins d’Erich Gruber, bilingue valader/sursilvan, traduit en sursilvan par F. Spescha, Lia Rumantscha, 1982
Monolog per/für Anastasia
Recueil de poèmes bilingue, Nimrod Literaturverlag, 2001 (prix Schiller)
Poesias da chadafö/Küchengedichte
Recueil de poèmes bilingue vallader/allemand, Ed. Uniun dals Grischs, 2006
Tigrin
Livre d’enfants bilingue vallader/tudestg, dessins d’Erich Gruber, Ed. l’Uniun dals Grischs, 2007
In mia vita da vuolp/In meinen Leben als Fuchs
Recueil de poèmes bilingue vallader/allemand, Chasa Editura Rumantscha, 2010
raz
Recueil de poèmes bilingue vallader/allemand, photos de Paul Lussi, Martin Wallimann Verlag, 2011
Fila, fila ! Spinne, spinne
Recueil de poèmes bilingue vallader/allemand, photos de Peter Vernon Quenter + CD audio avec la musique de « Sun da l’Engiadina », Verlag Desertina, 2012

 

Deux lundis par mois, retrouvez dans Le Courrier le texte inédit d’un auteur suisse ou résidant en Suisse. Voir www.lecourrier.ch/auteursCH

Cette page a été réalisée en partenariat avec le site littéraire www.culturactif.ch pendant de nombreuses années. Dorénavant, le nouveau site littéraire suisse www.chlitterature.ch prend le relais en établissant un partenariat avec Le Courrier. Il va mettre à disposition la totalité des inédits publiés pendant ces sept dernières années. Ce site a pour objectif de rendre accessible aux lecteurs et lectrices la littérature suisse grâce à ces choix de textes. Il va se conjuguer avec les ressources diverses qui se mettent en place en Suisse au travers des sites des auteur.e.s, de leurs maisons d’édition, de sites culturels comme www.viceversalitterature.ch, de sites associatifs comme celui de l’association suisse des autrices et des auteurs www.a-d-s.ch, et du portail en construction consacré à la littérature suisse, schweizerliteratur.ch

La page d’inédits dans Le Courrier a été initiée dans le cadre de la Commission consultative de mise en valeur du livre à Genève. Avec le soutien du Département de la Culture de la Ville de Genève et du Département de l’Instruction publique de la République et Canton de Genève, la Fondation Oertli ainsi que la Loterie romande du Canton de Genève et la Fondation Pittard de l’Andelyn.

Comments are closed.

Suivre

Recevez les inédits par courriel – Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Rejoignez d'autres souscripteurs: