Elena Jurissevich

On avril 30, 2012 by admin

Elena Jurrisevich

Cette page publiée dans Le Courrier le 30.04.2012 est téléchargeable ici: Elena Jurrisevich

 

Ce qui reste du ciel

Neuf poèmes inédits

Sbando. No, foglia in pena, dici,
arieggi dimentiche ellissi
e non sai gridare terra.

Quell’arto di libertà, non farlo
monco. Sotto la sabbia non c’è
letame per far crescere i fiori.

Scoppio d’asino, mascella che chiassera.

Due sorelle, una madre.
Quant’è fedele tristezza.

***

Che le tue parole tornino fiato.
E non grida al lupo di ragazzo.
Alito di bue, soffio di cane.
Come terracotta non voglio
fra le mani infrangerti. Non veduta,
guardarti. Ascoltarti parlarmi.
Senza parole che fra verità

schioccano e bugie.

***

Compassione e morte per ognuno.
Moriamo ciascuno di una morte sola.

La resistenza al regime a ogni carezza
una sberla. Il rompicapo sado-maso.
Il cubo dalle facce esacolorate. Mai

sei quadrati dello stesso colore.

***

Non c’è carestia.

Raspi fiducia per interrarla
a palate
di là dal muro.

Getta i diosperi marci.
Pingui offerte affollano la botte.

Non abita più lì con te. Ingozzata
è volata nel paese che non sente
ha scordato i visi il male chi era.

***

Quando si parla non si scrive.
Si scrive quando ti si ascolta,
ma è esser sordi. Ti si risponde,
eppur si è muti. E non una parola
qualunque chiedi di udire bensì
l’unica. Che fa tu sia. Ami.
Ridi. Respiri.

Quando si vive non si scrive.
Si scrive per tenersi in piedi.
Per utopia, ergersi dritto.
Alla peggio, sui calcagni.
O meraviglia : la pianta del piede
arcuata, e gambe come torri a terra.

***

Ti avviluppo di auguri. Ci assomigliano.

Tua madre evoca con l’umiltà di chi
non si rassegna la parabola dei talenti. Facciamo finta
di niente, dritto contro quel muro. I talenti.
La parabola schiaccia e indica la rampa.

Je dérape. Feuille en peine, dis-tu, non,
tu traces des ellipses oublieuses
et tu ne sais crier terre.

Ce membre de liberté, ne l’ampute
pas. Sous le sable pas de
fumier pour faire pousser les fleurs.

Éclat d’âne, mâchoire qui claque.

Deux sœurs,une mère.
Une telle fidèle tristesse.

***

Que tes paroles redeviennent souffle.
Et non cris du garçon au loup.
Haleine de bœuf, souffle de chien.
Comme de la terre cuite je ne veux
te briser entre mes mains. Non vue,
te regarder. T’écouter me parler.
Sans mots qui entre vérité

et mensonges, claquent.

***

Compassion et mort pour chacun.
Nous mourons tous d’une seule mort.

La résistance au régime à chaque caresse
une gifle. Le casse-tête sado-maso.
Le cube aux faces hexacolorées. Jamais

six carrés de la même couleur.

***

Pas de famine.

Tu râpes la confiance pour l’enterrer
à coups de pelle
au-delà du mur.

Jette les kakis pourris.
De grasses offrandes remplissent le tonneau.

Elle n’habite plus ici avec toi. Gavée
envolée dans le pays qui ne ressent rien
elle a oublié les visages le mal qui était-il.

***

Quand on parle on n’écrit pas.
On écrit quand on t’écoute,
mais c’est être sourd. Bien que muet,
on te répond. Et pas n’importe quelle
parole tu exiges d’entendre, mais
l’unique. Qui fait que tu es. Aimes.
Ris. Respires.

Quand on vit on n’écrit pas.On écrit pour se tenir debout.
Par utopie, se tenir droit.
Sur les talons, au pire.
Ou merveille : la plante du pied
arquée, et les jambes comme tours à terre.

***

Je t’enveloppe de vœux. Ils nous ressemblent.

Ta mère évoque avec l’humilité de qui
ne se résigne pas la parabole des talents. Faisons mine
de rien, droit contre ce mur. Les talents.
La parabole anéantit et donne l’élan.

Elena Jurissevich
Traduit de l’italien par Mathilde Vischer

 

bio

Née à Lugano en 1976, Elena Jurissevich a étudié la théologie aux universités de Genève et Lausanne, où elle a également été assistante de recherche et enseignante. Elle enseigne actuellement l’italien dans un collège de Genève et collabore à la TSR comme traductrice de cultes audiovisuels d’Italie et du Tessin. Elle est membre de la rédaction de la revue Hétérographe, Revue des homolittératures ou pas:, et a publié deux recueils et des poèmes dans diverses revues.

Les poèmes publiés ici sont extraits d’un livre paru en automne 2012 aux éditions genevoises Samizdat. Intitulé Ce qui reste du ciel, ce recueil s’inscrit dans le prolongement de Salmi di secondo tipo. Ces poèmes dénoncent l’instrumentalisation dont le langage peut être l’objet dans le domaine familial et sentimental, la distorsion de la visée originaire des mots: parler pour être entendu, entendre à son tour et partager. Ils illustrent plus particulièrement à quel point la perversion est contagieuse et amène imperceptiblement qui la subit à l’infliger à son tour à son entourage ou à soi-même. Si le style est éclaté et que les registres alternent, marquant la dimension de rupture de ces expériences relationnelles et psychologiques, le poids accordé à chaque mot souligne la profondeur de leurs sonorités et de leur force sémantique. MVR 

 

biblio

Salmi di secondo tipo
Poèmes, Editions Alla chiara fonte, 2005

Le parole tornino fiate
Poèmes, Editions alla chiara fonte, 2012.

Ce qui reste du ciel
Poèmes, Genève, Samizdat, 2012

 

Deux lundis par mois, retrouvez dans Le Courrier le texte inédit d’un auteur suisse ou résidant en Suisse. Voir www.lecourrier.ch/auteursCH
+
Cette page a été réalisée en partenariat avec le site littéraire www.culturactif.ch pendant de nombreuses années. Dorénavant, le nouveau site littéraire suisse www.chlitterature.ch prend le relais en établissant un partenariat avec Le Courrier. Il va mettre à disposition la totalité des inédits publiés pendant ces sept dernières années. Ce site a pour objectif de rendre accessible aux lecteurs et lectrices la littérature suisse grâce à ces choix de textes. Il va se conjuguer avec les ressources diverses qui se mettent en place en Suisse au travers des sites des auteur.e.s, de leurs maisons d’édition, de sites culturels comme www.viceversalitterature.ch, de sites associatifs comme celui de l’association suisse des autrices et des auteurs www.a-d-s.ch, et du portail en construction consacré à la littérature suisse, schweizerliteratur.ch

La page d’inédits dans Le Courrier a été initiée dans le cadre de la Commission consultative de mise en valeur du livre à Genève. Avec le soutien du Département de la Culture de la Ville de Genève et du Département de l’Instruction publique de la République et Canton de Genève, la Fondation Oertli ainsi que la Loterie romande du Canton de Genève et la Fondation Pittard de l’Andelyn.

Comments are closed.

Suivre

Recevez les inédits par courriel – Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Rejoignez d'autres souscripteurs: